VIDEO : « Dans cette campagne, je veux défendre la ruralité ! »

Dernière mise à jour : 17 juin

Nouvel extrait de mon passage lundi sur France Bleu Picardie pour le débat du second tour des élections législatives dans notre 3ème circonscription de la Somme.

Après le pouvoir d'achat, se battre pour notre ruralité est l’autre grande priorité du projet que je porte pour notre territoire et notre pays. Désertification médicale, absence de services publics de proximité, fermeture de classes, agribashing : aujourd’hui, les habitants de nos territoires ruraux se sentent abandonnés, et parfois même méprisés. Cette détresse du monde rural, nous devons l’entendre, mais surtout y répondre !


Défendre la ruralité, c’est aussi défendre notre mode de vie et nos traditions, parmi lesquelles la pêche et la chasse. Oui, défendre la chasse, c’est défendre la ruralité. N’oublions pas qu’au même titre que nos agriculteurs, nos éleveurs ou nos pêcheurs, les chasseurs sont de véritables sentinelles sur le terrain pour la préservation de notre biodiversité ! N’en déplaise à certains : les chasseurs sont des écologistes de bons sens !


Cette tradition pourrait pourtant être remise en cause si le programme du Rassemblement National venait à s’appliquer. En effet, le parti d’extrême droite est favorable au référendum d’initiative citoyenne (RIC). Avec ce RIC, nous serions régulièrement confrontés à des demandes en tous genres et, à n’en pas douter, certaines viseront à limiter la chasse. Je ne vois donc pas comment mon adversaire peut prétendre défendre la chasse en portant un programme qui remettrait en cause cette pratique…


Se battre pour notre ruralité, c’est :

  • Lutter contre la désertification médicale grâce à la formation de 4000 « docteurs juniors » affectés dès 2025 dans les territoires sous-dotés

  • Œuvrer pour le retour de vrais services publics en redonnant des moyens aux mairies

  • Défendre notre agriculture française, la plus écologique du monde

  • Accorder les mêmes moyens aux écoles en zone rurale qu’en zone urbaine et interdire les fermetures de classes sans l’accord des maires

  • Favoriser la réouverture des commerces de proximité

  • Offrir la possibilité de vivre à la campagne en permettant la création de nouveaux pavillons

  • Investir dans les transports pour multiplier l’offre de mobilité

  • Défendre nos traditions et notre mode de vie parmi lesquelles la chasse et la pêche

  • Stopper le développement anarchique de l'éolien dans la Somme : aucun projet sans l’accord des populations

Dimanche, choisissez un député qui se bat pour vous !